Accessibilité des ERP : un déambulateur robotisé pour le déplacement des PMR

(Last Updated On: 15 juin 2015)
Accessibilité des ERP : un déambulateur robotisé pour le déplacement des PMR
Evaluer cet article

Même si les établissements recevant du public se sont mis en accessibilité, les personnes à mobilité réduite dont les personnes âgées ont toujours du mal à y circuler lorsqu’ils sont trop fréquentés. Pour leur faciliter la vie, l’Union Européenne a développé des déambulateurs robotisés.

 Les déambulateurs classiques pour faciliter le déplacement des PMR

Les aéroports, les musées, les centres commerciaux, les gares, les hôpitaux, … sont toujours bondés de monde. Les personnes âgées et les personnes à mobilité réduite ont donc du mal à s’y déplacer de un, parce que leurs capacités cognitives ont diminué et de deux, parce que leur handicap les rend craintives et peu sûres d’elles-mêmes. Pour leur faciliter ces déplacements, certains ERP ont mis à leur disposition des déambulateurs classiques. Malheureusement, malgré ces supports qui leur donnent plus d’équilibre, elles ont encore du mal à se mouvoir lorsqu’il y a trop de monde. Pour remédier à cela, l’UE a développé des déambulateurs robotisés.

 

Le déambulateur robotisé pour un déplacement plus facile encore

Même si les déambulateurs classiques sont déjà d’une aide précieuse, les chercheurs du projet européen Dali (Devices for Assisted Living) ont conçu un déambulateur robotisé nommé « C-Walker ». Selon le professeur Luigi Palopoli, coordinateur du projet Dali, « C-Walker » a été conçu dans le but de donner plus d’assurance aux personnes âgées et à mobilité réduite au sein des lieux publics. Il s’est ainsi vu doter de nombreuses fonctionnalités technologiques de pointe. Son design ressemble au déambulateur classique à la différence qu’il est doté de capteurs et d’un écran d’affichage. Grâce à cet écran, la personne pourra facilement se déplacer même dans un lieu qui lui est encore inconnu. Le déambulateur robotisé évite la perte de repères et de stress et fournit plus de confort et d’autonomie.

 

Comment utiliser l’appareil ?

Pour que le C-Walker soit une aide réelle, la personne devra le programmer avant de se lancer à l’aventure. Ses créateurs l’ont conçu à l’image des centres commerciaux puisque faire les courses est une activité bénéfique et recommandé aux seniors. Cela leur permet de faire des exercices, de rester autonome et de ne pas s’isoler de la société. C’est pour cela que les chercheurs l’ont voté pour application prioritaire. Avant d’explorer le magasin, la personne devra récupérer un appareil à l’entrée et définir sur l’écran tactile le profil qui lui correspond. Elle devra ensuite préciser les rayons ou les boutiques à visiter et l’appareil lui indiquera alors l’itinéraire le plus adapté. Tout au long du déplacement, l’appareil lui fournira un accompagnement visuel, acoustique et haptique (tactile).

 

Les caractéristiques technologiques du C-Walker

Le C-Walker est un véritable concentré de technologies.

  • Il est équipé d’étiquettes RFID, de QR codes invisibles et de caméras vidéo pour se repérer dans l’espace
  • Il peut se connecter aux réseaux de capteurs à distance tels que les caméras de surveillance et les autres C-Walkers qui se trouvent dans ses environs
  • Il peut détecter les dangers et obstacles pour éviter les chutes et les collisions
  • Il peut détecter les endroits très fréquentés et ainsi les éviter
  • Il est doté de freins et de roues motorisés
  • Il met à la disposition de ses utilisateurs un système d’appel à l’aide si besoin est
  • Ses poignées haptiques indiquent la direction à prendre

 

La conception

Avant d’aboutir au modèle final dont le coût tourne autour de 2 000 euros pièce, les chercheurs du projet Dali ont travaillé étroitement avec une cinquantaine de personnes âgées. Grâce à leur aide, les chercheurs ont pu déterminer avec exactitude les besoins des PMR et concevoir l’appareil en fonction. Un premier prototype a déjà été élaboré puis testé dans quelques maisons de retraite d’Espagne et du Royaume-Uni. La simulation numérique a ensuite évité la conception d’un système mécatronique qui aurait coûté très cher. Au final, les chercheurs ont réussi à concevoir un second prototype viable et abordable.

 

Déjà des améliorations en vue

Alors que les seniors n’ont pas encore eu le temps de s’habituer à ce nouveau déambulateur, les chercheurs projettent déjà de l’améliorer dans le cadre de la seconde phase nommée « Acanto ». La première phase, elle, s’est achevée en octobre dernier pour un budget total de trois millions d’euros au titre du 7ème PCRD (Plan cadre de recherche et développement de l’Union européenne). En ce qui concerne la seconde phase qui durera trois ans et demi, un financement de 4,2 millions d’euros au titre du programme Horizon 2020 sera nécessaire. La seconde phase consistera à connecter entre eux les utilisateurs de C-Walker par le biais des réseaux sociaux. Le professeur Palopoli pense que c’est une manière de motiver les seniors à sortir puisque grâce à l’appareil, ils pourront organiser des activités ensemble. Pour l’heure, les chercheurs sont en quête d’investissement pour que le C-Walker puisse être démocratisé d’ici 2020.

Équipement PMR à découvrir aussi : Rampes d’accès et élévateurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.