Combattre le handicap visuel en laissant des aveugles conduire

handicap visuel (Last Updated On: 16 septembre 2015)
Combattre le handicap visuel en laissant des aveugles conduire
Evaluer cet article

Les aveugles et les malvoyants souffrent, comme tous les autres handicapés, de leur handicap qui les pousse souvent à se renfermer sur eux-mêmes, mais particulièrement à éviter de s’adonner à des activités potentiellement dangereuses. Cela les rend psychologiquement fragiles et il est ainsi important de leur redonner confiance en eux. C’est justement pour cette cause que se bat Luc Costermans, champion de handisport mécanique, qui a perdu la vue après un accident. Pour cela, il a organisé une session de conduite de voitures de courses pour personnes malvoyantes et non-voyantes sur le circuit automobile de l’Anneau du Rhin en Alsace. Zoom sur cet évènement hors norme.

L’association « Les non-voyants et leurs drôles de machines » (NVDM)

Depuis sa création, cette association œuvrant dans la lutte contre le handicap visuel organise régulièrement des événements poussant les personnes non voyantes ou malvoyantes à dépasser leur handicap et à aller au-delà de leurs limites. C’est pourquoi Luc Costermans a décidé de les faire piloter des engins volants, à l’instar des parapentes, des machines puissantes et flottantes, à savoir les hors-bords ou les scooters des mers ou des véhicules terrestres comme les quads ou les voitures de course. La manifestation qui s’est récemment déroulé à l’Anneau du Rhin à Biltzheim a ainsi permis à cinq participants de se glisser dans la peau d’un pilote de course au volant d’une voiture puissante et accompagné d’un copilote valide. Un « langage dédié », c’est-à-dire un système de codification propre aux personnes malvoyantes, a même été inventé par le fondateur de l’association afin de faciliter la conduite et la communication entre le copilote et le pilote. Ce langage utilisé principalement par les copilotes est ensuite interprété par les conducteurs handicapés qui pourront tourner leur volant correctement et freiner au bon moment. Le pilote lui, dispose d’un système d’information sonore pour tenir la conduite, basé sur différents capteurs mis en place sur le véhicule et permettant de maitriser la pression de l’accélérateur ou encore l’angle du volant.

Costermans quant à lui se positionne incontestablement en tant que pionnier de ce domaine, quand on sait qu’il a atteint la vitesse de 150km/h avec son bolide lors de ses nombreuses participations à de grandes courses internationales depuis le début de sa cécité en 2004.

Retrouver sa liberté et sa vie sociale

Grâce à cette initiative, les aveugles et les malvoyants qui ont souffert de leur handicap peuvent maintenant le surmonter avec confiance et en affirmant leur droit à l’autonomie, partielle ou complète. Cette expérience leur aura permis, le temps de quelques minutes au volant d’une voiture de course, de retrouver leur liberté. Par ailleurs, sachant qu’en France, seulement 5 % des personnes souffrant de cécité ou de déficience visuelle sont actives et s’aventurent dans le monde extérieur, il est primordial de les sortir de leur isolement. Lors de ces courses, ces handicapés peuvent entrer en contact avec le monde extérieur et avec des personnes valides à savoir les copilotes et les membres de l’association tout en faisant une activité qui leur permet de renforcer leur estime de soi. Les échanges effectués entre pilotes et ceux effectués lors de la conduite avec les copilotes leur permettent de briser le mur qui les séparaient autrefois de la société. Pleins de confiance et plus sûrs d’eux, ces pilotes auront appris une chose : le handicap n’est pas un obstacle pour vivre ses rêves les plus fous.

Pour que les malvoyants et non-voyants puissent se repérer dans un bâtiment, il faut que celui-ci soit équipé d’éléments de signalisation adaptés. Découvrez ici les équipements proposés par abisco :https://www.abisco-accessibilite.fr/Signaletique-c-28

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.