Conduire quand on a un handicap est-il possible ?

Conduire quand on a un handicap (Last Updated On: 22 avril 2016)
Conduire quand on a un handicap est-il possible ?
Evaluer cet article

Après la mise en accessibilité des lieux publics, on s’interroge désormais sur la possibilité de conduire lorsqu’on a un handicap. Cela est-il faisable et si oui, comment ?

Le permis de conduire

Pour les personnes nées avec un handicap ou devenues handicapées avant l’âge majeur, avoir un permis de conduire est plus difficile, mais non pas impossible. En effet, il existe actuellement des auto-écoles spécialisées qui sont équipées de toutes les infrastructures nécessaires afin de permettre à une personne handicapée de conduire. Malheureusement, ces établissements sont encore rares et les tarifs sont plus élevés que la normale. Un département en compterait entre un et cinq seulement.

 

La réactualisation du permis

Lorsque le handicap survient alors que l’on est déjà titulaire d’un permis de conduire, il faut réactualiser son permis. Pour ce faire, il est nécessaire de passer devant la commission médicale de la sous-préfecture. Cet organisme déterminera si l’on est oui ou non toujours apte à conduire. Une réponse définitive ou temporaire sera donnée à ce moment là.

 

Les auto-écoles spécialisées

Pour vous aider à trouver une auto-école spécialisée, il existe un organisme dénommé CEREMH. Ce dernier vous assiste dans différentes tâches comme :
– vous donner la liste de tous les établissements recensés
– vous guider pour les éventuelles adaptations de véhicules ou les aides financières auxquelles vous pouvez prétendre pour obtenir le permis et adapter votre voiture
– vous fournir la liste des CRF (Centres de rééducation fonctionnelle) qui vous prépareront à la conduite. Il en existe une soixantaine en France
– vous faire passer des évaluations d’aptitude à la conduite

 

L’évaluation de l’aptitude à la conduite

Pour passer cette évaluation, 2 choix s’offrent à vous :
– vous adresser au CEREMH
– vous tourner vers le simulateur ADAPT
L’ADAPT est un simulateur utilisé depuis l’année 2010 à Cambrai. Il permet d’évaluer et d’accompagner des jeunes handicapés et les personnes ayant des problèmes de mobilité afin qu’ils puissent obtenir le permis de conduire. L’ADAPT est adapté à tous les types de handicaps et en France, trois seulement sont reconnus.

Retrouvez ici les fauteuils et matelas de transfert pour les personnes à mobilité réduite

Les problèmes de stationnement

Pour faciliter le stationnement, il faut formuler une demande de carte européenne de stationnement auprès de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées). Il est recommandé de la déposer avant même d’obtenir le permis, car la procédure est longue.
Même lorsque vous obtenez votre carte de stationnement, trouver une place de parking réservée libre est difficile puisque des automobilistes peu scrupuleux n’hésitent pas à les occuper. Il faut aussi citer le fait que de nombreuses cartes de stationnement sont falsifiées. Rien qu’à Paris, on compterait dans les 25 000 fausses cartes.

 Conduire quand on a un handicap

58 000 parkings réservés

Pour vous aider à vous stationner, une application PC, iPhone et Android est désormais disponible pour géolocaliser tous les parkings réservés aux personnes handicapées dans 640 villes françaises. Grâce à cette application, on peut ainsi trouver 58 000 places de parkings réservées.

 

Stationnement gratuit depuis 2014

En novembre 2014, les députés ont voté la gratuité du stationnement pour les personnes handicapées et ce, qu’elles stationnent sur une place réservée ou non. La seule condition est d’avoir la carte européenne de stationnement.

 

Des véhicules adaptés

Voici cinq véhicules adaptés qui feront votre bonheur :
– Can-Am : il s’agit d’une moto à trois roues idéale pour une personne paraplégique. Cette moto est pourvue d’un support à l’arrière pour fixer son fauteuil manuel.
– Mercedes classe V 250 : cette voiture est dotée d’un hayon au niveau du plancher pour accéder directement à l’habitacle en fauteuil roulant. Le siège conducteur est pivotant, un joystick assure la direction, l’accélération et le freinage, une télécommande permet de passage de vitesse, l’accoudoir gauche regroupe toutes les commandes : klaxon, frein à main, régulateur, vitres, clignotants et ouverture du portail garage.
– Skoda Yeti Mobility : l’accès au siège conducteur se fait par l’arrière grâce à une rampe repliable. La voiture est pourvue d’un siège passager à l’avant et de deux sièges à l’arrière.

Lutte contre le handicap des conducteurs : les solutions de Sojadis
– Elbee : il s’agit d’un quadricycle pour une conduite en fauteuil roulant. L’accès se fait par l’avant du véhicule en marche arrière et le fauteuil sera bloqué par un système d’ancrage automatique. Ce véhicule propose une vitesse de pointe de 80 km/h et un titulaire du permis B1 peut le conduire. Il est doté d’un siège passager.
– Prototype : ce prototype est le fruit de l’imagination de Thomas Veillon qui est tétraplégique depuis ses 15 ans et de Pascal Condotto, à la tête d’une entreprise spécialisée dans l’aménagement de véhicules. Thomas conduit le véhicule grâce à un joystick qu’il manie avec son menton, effectue les marches avant et arrière grâce à une télécommande occipitale et les autres commandes se font grâce à sa voix.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.