Des innovations technologiques en guise d’aide aux personnes ayant un handicap

(Last Updated On: 6 janvier 2015)
Des innovations technologiques en guise d’aide aux personnes ayant un handicap
Evaluer cet article

En France, on compte près de 9,6 millions de personnes handicapées. Pour les aider au quotidien, de plus en plus de nouveautés technologiques font leur apparition.

De nombreux acteurs (associations, entreprises, entrepreneurs individuels) se sont réunis le 9 et le 10 octobre derniers à Paris pour un « tour des solutions » du Mouvement des Entrepreneurs sociaux (Mouves).

Nicolas Huchet est l’une de ces personnes souffrant de handicap et pour qui les innovations technologiques sont d’une grande aide. Alors qu’il saisit le micro pour prendre parole, personne ne se rend compte que sa main droite est robotisée. Agé de 30 ans, ce mécanicien a conçu lui-même sa main robot.

Il a porté son projet devant un public composé d’environ 60 personnes responsables d’associations, chefs d’entreprise œuvrant dans le social, ou représentants de grands groupes, à l’occasion d’une réunion qui s’est tenue au siège de l’Association Aurore à Paris pour le « Tour des solutions », un évènement sous l’initiative du Mouvement des Entrepreneurs Sociaux.

Main bionique ou Bionicohand à moins de 1000 euros

Ce jeune mécanicien a dû se faire amputer l’avant-bras suite à un accident de travail. N’ayant pas les moyens requis pour se faire poser une prothèse classique (dont le coût se situe autour de 60 000 euros), il a décidé de construire lui-même cette prothèse robotisée. Il a bénéficié de l’aide du laboratoire de fabrication de Rennes pour fabriquer cette main robot. Équipé d’imprimantes en 3D et de machines électroniques modernes, ce laboratoire est l’endroit où ont lieu les échanges et les autoformations. C’est le lieu privilégié des « makers », des artisans qui conçoivent des produits en partageant leurs connaissances. Nicolas Huchet explique qu’il a été accueilli et que l’on jugeait son projet un peu audacieux mais réalisable. C’est ainsi qu’il a découvert l’open source et est entré en contact avec des professionnels oeuvrant dans la robotique, les prothèses et les codeurs. Il a fallu un an et demi pour qu’une prothèse animée sorte du laboratoire.

Au cours du « Tour des solutions », Nicolas Huchet espère bénéficier des conseils et du partenariat de financeurs afin d’arriver à la phase suivante : optimiser et fabriquer la main bionique à l’échelle réelle, le prix de ce produit ne dépassant pas 1000 euros.

Le jeune homme précise que son but n’est pas de monter une entreprise et de tirer des profits. Revenant tout juste de New York, Saint-Pétersbourg et Rome, il a été invité à ce Tour des Solutions pour dévoiler les détails de son projet. Il veut réellement apporter du changement.

Selon Jacques Dasnoy, délégué général au sein du Mouves, le marché et les pouvoirs publics ne peuvent répondre seuls à ces problématiques sociales telles que le handicap. Pour lui, il ne peut y avoir que des solutions communes.

Développement des codes-barres pour malvoyants

Olivier Jacques, standardiste et Marie-Laure, kinésithérapeute, sont deux personnes souffrant de malvoyance. Ils ont collaboré ensemble pour développer le programme Eticode.

Depuis plusieurs années, les produits disposent d’un code-barre, mais les deux collaborateurs ont eu l’idée d’exploiter ce système pour les malvoyants. Comme outil, le couple a présenté un petit scanner similaire à ceux utilisés dans les caisses des grandes surfaces. Un programme informatique lit le code-barre et transmet les renseignements oralement à travers une voie de synthèse.

Actuellement, on recense près de 1,2 million de malvoyants. Cette innovation va permettre de comparer deux produits à la forme similaire, par exemple une bombe de laque et une bombe d’insecticide. Le système va aussi informer sur la date de péremption des produits, surtout pour les médicaments. Selon Marie-Laure Martin, Eticode a permis à un malvoyant de continuer à prendre soin de sa mère qui souffre d’une maladie. En 2010, le projet du couple a reçu le prix Handitech. Au début, quelques 450 produits ont été référencés et ce nombre atteint actuellement les 35 000. Le système est connecté à une imprimante qui va générer des codes-barres à poser sur les produits d’usage quotidien.

Olivier a expliqué au public qu’ils n’étaient pas spécialisés en informatique, mais qu’ils avaient collaboré avec des personnes dont les besoins sont à peu près les mêmes. En outre, ils ont bénéficié d’une aide pour développer une solution à la fois collaborative et simple.

RogerVoice une innovation pour aider les sourds dans l’utilisation d’un téléphone

Une application baptisée RogerVoice a été développée pour transcrire en version écrite les appels émis ou reçus à travers Skype. Selon Olivier Jeannel, malentendant et initiateur de cette start-up, à l’heure actuelle, il n’y a aucun dispositif permettant de retranscrire automatiquement, de manière directe et sous diverses langues. Il s’agit là d’un dispositif qui pourra accompagner les malentendants au quotidien.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.