Handicap : la Firah se lance dans la recherche appliquée

Handicap Firah se lance dans la recherche appliquee (Last Updated On: 1 juin 2016)
Handicap : la Firah se lance dans la recherche appliquée
Evaluer cet article

De nombreuses actions sont aujourd’hui menées pour faciliter le quotidien des personnes handicapées dont la recherche fondamentale et la recherche appliquée. Si la première consiste à faire en sorte que personne ne naisse avec un handicap, la seconde se focalise sur les personnes déjà nées et qui souffrent d’un handicap. Autrement dit, la recherche appliquée vise à améliorer la vie des personnes handicapées à travers diverses actions. Une fondation a décidé d’en faire son métier au quotidien : la Firah.

 

La Firah c’est quoi ?

La Firah ou Fondation internationale pour la recherche appliquée sur le handicap a été créée en 2009. Son objectif : soutenir des projets qui visent à débloquer des situations encore sans solutions. Depuis sa création, la Firah a ainsi mené de nombreuses actions à travers le monde.

Pour plus d’informations, consultez le site de la fondation sur : http://www.firah.org/

 

Quels sont les projets menés jusqu’ici ?

Depuis 2009, la Firah ne cesse de s’attaquer à divers projets pour soutenir les personnes handicapées. C’est ainsi que durant une rencontre intitulée « Handicap, recherche et citoyenneté » en date du 19 mars dernier, le président de la fondation en la personne d’Axel Kahn et le président du Comité consultatif national d’éthique en la personne de Jean-Claude Ameisen nous ont fait part de quelques-uns de leurs projets. Parmi leurs principales actions, on peut citer :
– L’adaptation du cadre de vie des enfants autistes avec la collaboration d’une école d’architectes
– La libération de la parole des personnes handicapées mentales qui sont en grande majorité victimes d’abus sexuels
– La mise en œuvre d’un dispositif photosensible qui permettrait aux non-voyants de voir en trois dimensions
– L’éducation des personnes albinos en Tanzanie qui sont menacées par leur culture et les croyances du pays

Et bien d’autres encore… L’année dernière, la Firah a investi dans sept projets différents, mais cela ne lui suffit pas. Elle veut en faire plus et a même l’objectif ambitieux de consacrer annuellement la somme d’un million d’euros à la recherche appliquée. Durant son discours, le président de la fondation n’a pas manqué de souligner que pour l’heure, la fondation ne dispose que de 350 000 euros dans sa caisse.

 

Toucher un plus large public

Aujourd’hui, la Firah souhaite toucher un plus large public, car ses projets peuvent être bénéfiques aux handicapées du monde entier. Malheureusement, en France, le handicap est encore un secteur obscur pour la majorité des habitants et les actions menées par la Firah semblent rester au sein de la Firah.

La solidarité y est absente pour soutenir l’association et pourtant, en seulement quelques années, la fondation a eu des résultats vraiment concrets.
Selon l’Unapei (Union de personnes handicapées mentales), même si les résultats sont concrets, les actions, elles, ne le sont pas. Christel Prado, la présidente de cette association a donc donné son avis à la Firah pour que le public ait plus conscience de ce qui est en jeu. Parmi les propositions avancées par l’Unapei, on cite :
– La mise en place d’une plateforme qui engloberait toutes les expériences menées en France
– La mise en place d’un guide bancaire plus facile à lire et à comprendre qui peut, non seulement aider les personnes souffrant d’un handicap intellectuel, mais aussi les personnes en bonne santé
Pour l’Unapei, des solutions concrètes doivent être proposées.

 

D’où tient-elle son financement ?

Si la recherche appliquée de la Firah était financée par l’État, le public en aurait déjà eu vent ce qui signifie tout simplement que pour trouver le million d’euros tant recherché, la Firah est épaulée par des partenaires privés. Leur nombre a considérablement augmenté et selon Eric Plaisance, président du comité d’éthique, cela prouve que l’intérêt pour leur projet augmente. La Firah dispose aujourd’hui d’environ 150 partenaires privés qui la soutiennent. Le problème c’est qu’elle manque encore cruellement de soutien technologique alors que selon Eric Plaisance, les entreprises technologiques pourraient les aider à développer des matériels pour soutenir les personnes souffrant de déficience intellectuelle.

Découvrez également notre gamme de fauteuils et matelas de transfert .

La recherche appliquée reste méconnue

Depuis quelques années, la Firah se bat bec et ongles pour se faire connaître, mais la vérité est qu’elle est encore peu connue par rapport à la recherche fondamentale qui est beaucoup médiatisée. De ce fait, un des combats de la Firah n’est pas de faire de la recherche appliquée, mais de diffuser les résultats et les actions pour qu’ils puissent devenir des outils pouvant aider les personnes handicapées au quotidien. Le problème c’est que le chercheur et le rééducateur ne se comprennent pas même s’ils ont tous deux les mêmes objectifs. Pour y remédier, la Firah a ouvert son centre de ressources en ligne en 2012 pour réunir tous les projets de recherche appliquée sur le handicap et connaître les dernières innovations technologiques pouvant se marier avec ce domaine. L’association vous invite alors à consulter son centre de recherche et à le critiquer si besoin est, car elle a besoin de l’avis du public pour avancer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.