Handicap : la police est-elle armée pour y faire face ?

(Last Updated On: 7 octobre 2016)
Handicap : la police est-elle armée pour y faire face ?
Evaluer cet article

Ces derniers temps, de plus en plus de personnes handicapées sont victimes de débordements des forces de l’ordre qui se méprennent à cause d’apparences trompeuses liées au handicap. Refus d’obtempérer d’une personne sourde, arrestation d’une personne ayant des difficultés de déglutition, coup de feu devant les comportements agités d’un autiste, … la sensibilisation des policiers face au handicap s’impose.

Une méprise mortelle

C’est sans nul doute la plus grande méprise dont ont fait preuve les policiers puisque cela a entraîné le décès d’un conducteur sourd. C’est en Caroline du Nord, dans le sud-est des États-Unis, que cette tragique histoire s’est déroulée le 18 août 2016. Le conducteur, Daniel Harris, âgé de 29 ans est repéré par la police pour excès de vitesse. Les forces de l’ordre l’ont poursuivi avec sirène et injonctions, mais le jeune homme ne s’est arrêté que devant chez lui. Il n’a pas entendu les sirènes et les injonctions tout simplement parce qu’il était sourd. En sortant du véhicule, non armé, il a essayé de s’exprimer dans le seul langage qu’il connaît : la langue des signes. Face à ces gestes et à ce que les policiers considèrent comme un refus d’obtempérer, le policier ne comprend rien et se met à tirer. Le coup de feu a atteint le jeune homme qui a succombé au tir sur place.

Blessé à la jambe

En juillet 2016, un autre coup de feu a été tiré à cause d’une simple méprise liée à un handicap. C’est en Floride que l’histoire se passe et cette fois-ci, c’est un éducateur spécialisé de 47 ans qui a été blessé par balle. L’homme, Charles Kinsey est afro-américain et est venu chercher son patient, un jeune autiste, au centre où il est pris en charge. Quand les policiers ont lancé leurs sommations, l’éducateur s’est allongé au sol avec les mains levées tandis que son patient continuait de jouer avec son petit camion.

Pour ne pas tromper les policiers, l’éducateur essaie de rassurer la police en criant qu’il est thérapeute comportemental, que son patient tient un jouet entre ses mains et qu’il ne faut pas tirer. Il essaie ensuite de calme le jeune autiste qui risquait à tout moment de s’agiter.

Malheureusement pour l’éducateur, la tuerie de cinq policiers blancs lors d’un défilé à Dallas quelques jours seulement avant leur arrestation a ravivé une tension raciale chez les policiers. L’un d’entre eux ouvre alors le feu et blesse l’éducateur à la jambe. La scène a été relayée à très large échelle sur les réseaux sociaux.

Police

Apparences trompeuses

En France, un passant appelle les autorités pour signaler le comportement douteux d’un autre passant. Ce dernier s’appelle Damien et à cause de son handicap, il a des troubles du comportement et fait de grands gestes même en marchant, a des difficultés de déglutition d’où la salive qui s’échappe de sa bouche et a des problèmes d’élocution en parlant. En tentant de s’expliquer, la communication ne passe pas et les pompiers pensent avoir affaire à un ivrogne. Ils attachent alors le jeune homme et l’emmènent de force dans un hôpital alors qu’il devait se rendre à la Semaine de sensibilisation au handicap.

Conduite en état d’ivresse ou Infirme moteur cérébral (IMC)

Pour Hervé, ce sont ses attitudes liées à son état d’Infirme moteur cérébral (IMC) qui déroutent le plus souvent les forces de l’ordre. Il a ainsi été arrêté plus d’une fois pour conduite en état d’ivresse alors qu’il n’en était rien.

Une sensibilisation s’impose

Pour éviter pareils cas à l’avenir, le CNFPT (Centre national de la fonction publique territoriale) a mis en place une formation intitulée « Approche du handicap dans les missions de police de proximité ». Cette formation vise à aider les policiers à reconnaître les situations de handicap, à communiquer calmement avec les personnes interpellées et à s’adapter aux différents comportements que les personnes handicapées peuvent avoir sur la voie publique.

Aux États-Unis, les parents du jeune conducteur sourd abattu ont lancé une levée de fonds pour couvrir les frais d’obsèques et pour créer une fondation en hommage à leur fils. En l’espace de quelques jours, la collecte a atteint les 10 000 dollars et la fondation pourra ainsi voir le jour. Cet organisme s’est donné pour missions de :

  • Informer et former les policiers lorsqu’ils sont confrontés à une personne sourde-muette
  • Améliorer le dispositif d’enregistrement des véhicules afin que celui-ci puisse signaler aux policiers que le conducteur est sourd lorsqu’ils entrent le numéro d’immatriculation dans leur ordinateur

En ce qui concerne le policier qui a ouvert le feu, il a été suspendu le temps de l’enquête.

Découvrez chez Abisco diverses signalétiques pour orienter les personnes handicapées au sein d’un établissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.