Handicap : le jumelage des villes pour des idées communes

politique du handicap 4 villes a l assaut de l europe (Last Updated On: 12 janvier 2015)
Handicap : le jumelage des villes pour des idées communes
Evaluer cet article

Cela fait longtemps qu’on évoque le projet Europe du handicap, mais à défaut d’actions efficaces, quatre villes issues de l’Union ont choisi d’agir à travers le jumelage pour avoir des idées communes. Ces villes ne sont autres que Châtellerault en France, Igoumenitsa en Grèce, Velbert en Allemagne et Corby en Angleterre.

Le projet « Fo(u)r Europe »

C’est sous ce projet commun que les quatre villes européennes se sont rassemblées pour agir. « Fo(u)r Europe » a été lancé en 2013 et est financé par le programme « L’Europe pour les citoyens – Mise en réseaux de villes jumelées ».

Réunion sur réunion

Pour mener à bien le projet, les délégations enchaînent réunion sur réunion. La première rencontre s’est déroulée à Velbert tandis que la seconde a eu lieu à Igoumenitsa entre le 7 et le 11 octobre derniers. Philippe Croizon, le nageur qui a été amputé de ses quatre membres a participé à cette expédition pour convaincre les participants que même en étant handicapé, tout est possible.

La Grèce, un paradis en crise

Derrière ses plages de sable blanc, sa mer turquoise et son soleil permanent, la Grèce fait rêver les vacanciers, mais hélas, derrière cette image de carte postale, la crise se ressent partout et les personnes handicapées en sont les premières victimes. Pour ces personnes, la seule aide sur qui elles peuvent compter sont les bénévoles et les associations comme la Croix Rouge. D’ailleurs, ces organismes ont été conviés au colloque pour que des solutions puissent être trouvées ensemble.

À Igoumenitsa, un centre pour enfants handicapés accueillera l’une des trois réunions à savoir celle dédiée au handicap. Les deux autres réunions se focaliseront sur l’emploi et la jeunesse. Un bâtiment de trois étages dédié aux personnes handicapées y a été récemment construit avec une salle de bien-être et des infrastructures neuves. Malheureusement, le bâtiment est à l’abandon et pour cause : aucun ascenseur n’y a été aménagé.

Le problème c’est que l’absence d’ascenseur empêche l’accès des personnes handicapées aux étages supérieurs et depuis 10 ans, l’association ne peut qu’accueillir de jour une vingtaine d’enfants maintenus exclusivement au rez-de-chaussée.

Une grande différence en termes d’allocation

Alors que la France, l’Allemagne et l’Angleterre consentent à verser aux personnes handicapées le « minimum » vital par mois, ce minimum représente une fortune pour les citoyens handicapés grecs . Ainsi, si pour la France, l’AAH (allocation adulte handicapé) est de seulement 800 euros, cette somme équivaut au salaire moyen en Grèce. Pour les handicapés du pays, pouvoir toucher une telle aide financière par mois serait alors une véritable aubaine, preuve une fois de plus de l’écart entre les pays.

Un projet des plus encourageants

Le projet « Fo(u)r Europe » est pour les personnes handicapées, dont Philippe Croizon, une initiative encourageante. Pourquoi ? Parce que malgré la crise mondiale, des pays (France, Allemagne, Grèce et Angleterre) affichent de fortes volontés à de soutenir les personnes handicapées. D’ailleurs, chaque personne (valide ou handicapée) qui y participe est animée d’une belle énergie qui fait plaisir à voir. Ensemble, ces personnes vont d’abord agir au niveau local, mais cela peut très vite prendre des proportions nationales, voire internationales. Même si l’argent est au cœur de tous les débats, pour les participants, le plus important c’est de recueillir le maximum de bonnes idées et dans ce domaine, il y en a !

Pour mieux les étudier, des échanges entre les résidents de l’IME de Châtellerault de l’Apajh 86 et un centre allemand sont déjà prévus.

Place à l’autonomie

Le colloque européen a permis de mettre l’autonomie sur le devant des scènes. De plus, de nombreux participants y ont apporté leurs témoignages pour prouver que même handicapés, ils peuvent faire de grandes choses et sont prêts à faire de leur mieux. Ce colloque a été pour eux, une occasion de s’exprimer et c’est ce qu’ils ont fait malgré les regards braqués sur eux et le stress grandissant. Parmi les personnes qui ont tenu à avoir le micro, on cite Katarina, une Allemande plusieurs fois médaillée en sport adapté (sport destiné aux personnes souffrant de handicap mental).

L’éducation dans sa ligne de mire

Le projet « Fo(u)r Europe » a aussi dans sa ligne de mire l’éducation, car les personnes handicapées souffrent beaucoup de l’impossibilité à apprendre et à aller à l’école. Si la France, l’Angleterre et l’Allemagne ont déjà trouvé quelques idées pour permettre aux personnes handicapées d’accéder à l’éducation selon leurs rythmes et leurs besoins, la Grèce en est encore au niveau expérimental. Quoi qu’il en soit, le projet est lancé et c’est ce qui compte.

Pour Velbert (Allemagne), lutter contre l’inclusion scolaire passe par une école où chaque enfant (valide ou handicapé) a droit à un instrument qui lui est propre et c’est à travers la musique qu’ils apprennent.

À Corby (Angleterre), c’est la radio locale qui a pris l’initiative de créer une académie accueillant les jeunes étudiants ayant des besoins particuliers.

Pour Igoumenitsa (Grèce), la solidarité pour les personnes handicapées se traduit par des airs de sirtaki.

La suite …

Après cette rencontre sous l’été éternel de Grèce, c’est à Châtellerault (France) que les délégations se rendront au mois de mai 2015 avant de clôturer le projet par une grande conférence au mois de juin à Velbert (Allemagne).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.