La foi catholique : les JMJ pour les personnes handicapées

Jeune handicapé (Last Updated On: 14 juillet 2016)
La foi catholique : les JMJ pour les personnes handicapées
Evaluer cet article

Dans le cadre de l’insertion des personnes handicapées, la foi catholique met également la main à la pâte en faisant de son mieux pour intégrer et faire participer ces personnes au culte. La célébration eucharistique du 12 juin 2016 au Vatican en est d’ailleurs la preuve puisqu’à l’occasion de ce jubilé, on a vu des lecteurs aveugles, des servants d’autel souffrant de trisomie, des personnes atteintes de handicap mental mettant en scène l’Evangile, … Pour la place Saint-Pierre, il s’agit sans doute d’une première ce qui nous amène à nous demander si les personnes en situation de handicap ont vraiment leur place dans le culte catholique.

Des JMJ Hors Normes pour les personnes handicapées

Quel que soit le handicap, la foi catholique est toute prête à accueillir les personnes à mobilité réduite et elle joint les actes à ses paroles. Parmi ses plus beaux projets pour ces personnes trop souvent mises à l’écart, on peut citer les JMJ Hors Norme (Journées mondiales de la jeunesse). L’évènement se déroulera du 21 au 31 juillet prochain à Cracovie, en Pologne et vous l’aurez deviné, il accueillera exclusivement des personnes souffrant de handicap surtout mental. Orchestré par la communauté de l’Arche qui regroupe diverses associations internationales en faveur du handicap, cet évènement proposera à ces jeunes un programme riche en spiritualité et en religion. La communauté œuvre en partenariat avec Hand Amitié et l’OCH (Office chrétien des personnes handicapées) pour organiser ce séjour de 10 jours.

« Ayez le courant d’aller à contre-courant »

JMJ 2016 Cracovie

Prononcée par le Pape François, cette phrase est devenue le slogan des JMJ Hors Norme 2016. Il invite ainsi les jeunes de 18 à 30 ans à participer à l’évènement et ce, qu’ils souffrent d’un handicap ou non, qu’ils appartiennent à des associations ou non et qu’ils soient croyants ou non. L’important est de privilégier les rencontres pour que tous les participants puissent se lier d’amitié et expérimenter la différence. Personne n’est ici obligé d’y assister puisque pour que l’évènement soit une réussite, il faut avoir envie de vivre cette expérience, avoir envie de mieux connaître ces personnes fragiles en marge de la société et avoir envie de partager avec elles un moment de joie.

Un programme culturel chargé

Même si la base est avant tout la recherche de la spiritualité et la religion, les organisateurs ont prévus diverses activités pour bannir l’ennui. Au programme de ces dix jours, on aura :

  • Des compétitions sportives
  • Des ateliers artistiques
  • Des visites culturelles
  • Des spectacles mettant en scène le groupe catholique BeWitness
  • Des catéchèses en version mime et jouées par des personnes souffrant de handicap mental. Les scènes seront adaptées par Mgr Daucourt, évêque de Nanterre et accompagnateur du groupe
  • Des témoignages de quelques membres de l’Arche vivant au Moyen-Orient

D’autres activités seront également proposées l’objectif étant de faire participer chaque personne présente pour que nul ne soit laissé de côté. Tout au long du séjour, les jeunes seront encadrés par les assistants salariés bienveillants, des volontaires en service civique et des jeunes qui veulent participer à l’aventure.

Une réponse à l’appel du Pape

En organisant des JMJ Hors Norme, l’Arche ne fait que répondre à l’appel du Pape François qui a fait une visite surprise à l’Arche de Rome en mai 2016 lors des « Vendredis de la miséricorde ». Il y a d’ailleurs passé tout un après-midi avec les résidents du centre.

Pour rappel, les JMJ ont été initiées par le Pape Jean-Paul II en 1978 et il avait déjà été prévu que ces journées seraient organisées tous les deux ans. Le Vatican a alors lancé un appel pour que l’équivalent de cet évènement soit réalisé en faveur des personnes handicapées ce qui est désormais chose faite.  Les JMJ Hors Norme ne sont toutefois pas organisées tous les deux ans puisque la précédente date de 2005. Quoi qu’il en soit, c’est une manière de sensibiliser les communautés religieuses et d’encourager le public à mieux connaître la religion.

Les jeunes handicapés peuvent bien sûr être accompagnés par un proche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.