L’addiction au heavy métal est-elle un handicap ?

suede un addict au heavy metal reconnu handicape (Last Updated On: 6 mars 2015)
L’addiction au heavy métal est-elle un handicap ?
Evaluer cet article

Bizarre comme question, vous direz-vous, mais elle est toutefois très sérieuse. Pourquoi ? Parce qu’en Suède, un addict de heavy métal a été récemment déclaré comme handicapé.

Le contexte de l’histoire

L’histoire date de l’année 2011, mais a refait surface sur Internet depuis peu. L’homme « handicapé » s’appelle Roger Tullgren, a aujourd’hui 42 ans et compte à son palmarès 300 concerts de heavy métal en un an. Un record pour certains, mais pas pour la cour de justice qui a finalement déclaré que cette addiction était un véritable handicap pour cet homme.

Selon Roger Tullgren, sa passion du hard rock dure depuis l’âge de ses deux ans et cela fait maintenant 10 ans qu’il essaie de la faire reconnaître comme un handicap. L’homme a déclaré que cette passion l’empêchait de travailler à plein temps tant il ne peut s’empêcher d’aller voir un concert dès qu’il en a vent. Pour essayer de freiner cette passion non-stop, l’homme est allé consulter des médecins qui ont donné le même verdict : Roger Tullgren est incapable d’assurer un emploi à temps plein. Il est ensuite allé voir trois psychologues qui ont donné le même diagnostic : sa passion pour le heavy métal est une véritable addiction.

Face à ce constat, la justice suédoise a donné gain de cause à Roger Tullgren et l’a déclaré comme étant une personne handicapée. Dès lors, Roger Tullgren aura droit à une pension d’invalidité pour compléter le fruit de son emploi à temps partiel, plongeur dans un restaurant.

Doit-on en conclure que la définition du handicap s’est élargie ?

Le handicap a depuis toujours été défini comme «  toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie par une personne dans son environnement en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant ».

Être un addict de heavy métal répond-t-il dans cette définition ? N’est-on pas en train d’étendre la définition ?

Les nouveaux handicaps

  • L’électrosensibilité :

En avril 2014, un homme s’est vu attribuer une aide financière après que son électrosensibilité ait été reconnue comme un handicap. Cette aide lui a donc permis d’acheter du matériel pour se protéger des ondes magnétiques. Il s’agit-là d’une première en France, mais une fois encore, pas pour la Suède, car sur le territoire suédois, l’électrosensibilité a été reconnue comme étant un handicap depuis longtemps.

  • L’obésité sévère :

En décembre 2014, un Danois pesant plus de 160 kilos et qui travaillait en tant qu’assistant maternel a été licencié. L’homme a saisi la justice pour discrimination illégale de la part de son employeur et lui réclame des dommages et intérêts. Le Danemark n’a pas voulu statuer sur cette affaire et l’a donné à l’Union Européenne. La Cour européenne a donc tranché et affirmé que l’obésité peut être un handicap dès lors qu’elle empêche la personne de travailler pleinement.

Comment reconnaître un véritable handicap ?

Aujourd’hui, reconnaître un handicap n’est plus aussi facile qu’auparavant à cause des nombreuses « menaces invalidantes » qui ne cessent d’apparaître. Pour être sûr, le mieux serait-il alors de s’adresser à la justice ?

Le plus dur maintenant c’est de recenser le nombre de personnes réellement handicapées. Selon les estimations et si l’on se fie à la définition « améliorée », plus de 10 % de la population mondiale serait handicapée avec cinq ou douze millions de Français selon les sources.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.