Le dépistage d’un cancer chez une personne handicapée mentale

Depistage d un cancer chez une personne handicapee mentale (Last Updated On: 22 avril 2016)
Le dépistage d’un cancer chez une personne handicapée mentale
Evaluer cet article

Le dépistage d’une maladie, quelle qu’elle soit, est difficile chez une personne souffrant d’un handicap mental. Le problème c’est que ces personnes ont de grosses difficultés à s’exprimer et leur silence signifie pour leurs proches que tout va bien. Ce n’est pourtant pas obligatoirement le cas, puisque leur handicap peut cacher d’autres souffrances, voire des maladies graves telles que des cancers.

Des mesures d’accompagnement

Face à ce triste constat, l’Unapei sonne l’alarme afin que les personnes handicapées aient accès à des soins spécifiques. De nombreux ouvrages guides ont été publiés pour les accompagner. On peut citer :

Ces ouvrages ont été adaptés pour que les personnes handicapées puissent les lire et les comprendre facilement.

Découvrez notre gamme de fauteuils et matelas de transfert

Les cancers et les personnes handicapées

La Ligue contre le cancer s’est également emparée du sujet puisque selon elle, les personnes souffrant d’un handicap mental sont autant exposées, voire plus exposées, aux cancers que les personnes valides. Leur difficulté à communiquer y est pour beaucoup puisque les diagnostics sont souvent réalisés tardivement ce qui engendre des traitements lourds et plus de souffrances encore. Selon la Ligue contre le cancer, les personnes souffrant d’une déficience intellectuelle souffrent :

  • 9, 9 fois plus de cancer du testicule
  • 10, 3 fois plus de cancer de la vésicule biliaire
  • 3, 5 fois plus de tumeurs cérébrales

En ce qui concerne cette dernière maladie, les tumeurs détectées chez les personnes handicapées mentales sont beaucoup plus grosses que celles détectées chez les personnes bien portantes. La Ligue contre le cancer met cela sur le compte du manque de dépistage.

Le problème, selon le professeur Jacqueline Godet, c’est qu’il n’existe que très peu de documentation dédiée à ces personnes. Le professeur affirme pourtant que ces personnes sont aptes à comprendre des informations simples puisqu’elles sont, en permanence, soucieuses de leur santé et de leur niveau cognitif.

 

Un financement participatif pour ouvrir un site

Pour pallier ce manque de documentation, la Ligue contre le cancer a lancé une campagne de crowdfunding (financement participatif) pour réunir la somme nécessaire à la création d’un site. La création du site entre dans le cadre de son dispositif Oncodéfi et il sera le premier portail virtuel de sensibilisation au cancer pour les personnes souffrant d’un handicap mental.

Le site sera sous la responsabilité du professeur Daniel Satgé et de cinq autres experts parmi lesquels on cite un médecin spécialisé en déficience intellectuelle et un psychiatre.

Il vise à faciliter :

  • la communication avec les personnes handicapées mentales
  • la détection de maladie dont le cancer
  • le traitement de la maladie détectée

Pour que ce projet soit réalisé, le crowdfunding doit rassembler 25 000 euros. La campagne est d’ores et déjà lancée et restera ouverte jusqu’au 17 juin prochain.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.