les entreprises ouvrent pour l emplo des personnes handicapees

Le handicap : les entreprises oeuvrent pour l’emploi des personnes handicapées

(Last Updated On: 15 janvier 2015)
Evaluer cet article

Employer des personnes handicapées est une obligation légale pour les entreprises et bon nombre d’entre elles n’ont pas hésité à sauter le pas. Au début du mois de novembre 2014, de nombreuses entreprises étaient donc présentes au salon « Osez nos compétences » à Paris.

Osez nos compétences

C’est un salon adapté dont la troisième édition a eu lieu les 4 et 5 novembre 2014 à la Grande Halle de la Villette. Durant cet évènement, organisé dans le cadre de la promotion des compétences, de nouveaux ateliers ont été organisés, les pôles métiers se sont enrichis et un Business Corner a été mis en place pour permettre la rencontre directe entre les ESAT/EA et les donneurs d’ordre. Tous les participants sont venus avec de nouvelles idées pour faciliter l’intégration des personnes handicapées dans le monde du travail.

Organisé par les chefs d’entreprises

Contrairement à ce que certains pensent, le salon Osez nos compétences et la promotion des compétences ont été créés à l’initiative des chefs d’entreprise et non pas par les salariés handicapés. Ce salon a pour but de transmettre un message clair au public : employer des personnes en situation de handicap n’a rien d’une forme d’exploitation honteuse, mais offre une occupation lucrative à ces personnes qui ont des talents et des compétences nécessaires aux entreprises.

Autrement dit, le salon a eu pour objectif premier de rassurer les donneurs d’ordre qui craignent un peu l’exploitation des personnes handicapées.

Employer des personnes handicapées : un devoir légal

Pour les chefs d’entreprise qui ignorent encore certaines de leurs obligations, rappelons qu’au-delà de 20 salariés, ils ont l’obligation d’embaucher des personnes handicapées à raison de 6 % de l’effectif total. Si vraiment leurs activités ne correspondent pas à leur état de santé physique et mental, ils peuvent travailler avec des sous-traitants ayant le statut d’entreprises adaptées, c’est-à-dire, dont l’effectif total se compose d’au moins 80 % de personnes handicapées ou recourir à des sous-traitants issus d’établissements et de services d’aide par le travail qui n’emploient que des personnes handicapées. Dans les trois cas, Emmanuel Chansou affirme que le but reste le même à savoir « employer des handicapés et trouver des clients ».

Non à l’exclusion des personnes handicapées

Le salon Osez nos compétences, la promotion des compétences et les dispositifs légaux pour l’emploi des personnes handicapées luttent contre leur exclusion du monde professionnel.

En cas de non-respect des lois

Soulignons qu’une entreprise qui ne respecte pas ces lois s’expose à une sanction financière dont le montant correspond à celui que la société aurait dû verser à l’Agefiph (association pour la gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées) majoré de 25 %. Cela correspond aux articles L 5212-10 et L 5212-12 du Code du travail.

Enfin, lorsque les activités de l’entreprise ne cadrent vraiment pas avec l’état des personnes handicapées, elle devra verser une contribution à l’Agefiph.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.