hypersensibilité

L’hypersensibilité enfin reconnue comme un handicap

(Last Updated On: 7 septembre 2015)
Evaluer cet article

Longtemps sujet d’un grand débat, l’hypersensibilité aux ondes électromagnétiques est enfin reconnue comme un handicap. C’est l’association Robin des toits qui lutte au quotidien pour la sécurité sanitaire dans les technologies sans fil qui en a fait l’annonce publique le 25 août dernier. Il s’agit-là d’un premier pas vers la reconnaissance du syndrome d’électro-hypersensibilité.

 

Le cas de Marine Richard

Cette décision fait suite à un jugement du tribunal du contentieux traitant le cas de Marine Richard. Cette dernière s’est effectivement plainte de souffrir du syndrome d’électro-hypersensibilité et après expertise médicale, tous les signes cliniques ont été reconnus irréfutables. L’expertise a permis de déterminer que sa déficience fonctionnelle due à son hypersensibilité aux ondes électromagnétiques était de 85 % « avec restriction substantielle et durable pour l’accès à l’emploi ». De ce fait, la justice a consenti à lui attribuer le droit à une allocation pour adulte handicapé pour une durée de trois ans. L’allocation est renouvelable et est versée sous forme d’aide technique et d’aménagement de son logement.

Elle n’est pas la première à se voir attribuer une aide financière pour son hypersensibilité puisqu’un homme en bénéficie depuis 2014. Dans son cas, c’est la maison départementale des personnes handicapées de l’Essonne qui a reconnu son hypersensibilité comme étant un handicap et qui a bien voulu l’aider. L’aide est née d’un accord à l’amiable.

L’hypersensibilité n’est pas une maladie

Même si Mme Richard, aujourd’hui âgée de 39 ans, a eu gain de cause, l’hypersensibilité n’est toujours pas reconnue comme étant une maladie en France. Dans le cas de Marine Richard, les preuves sont indéniables et d’ailleurs, elle vit recluse dans les montagnes, loin des ondes électromagnétiques depuis 2010. C’est en avril 2014 que cette ancienne journaliste s’est finalement décidé à déposer un recours contre une décision de la commission des droits et de l’autonomie des personnes en situation de handicap de l’Ariège.

Les signes de l’hypersensibilité aux ondes

Le degré de l’hypersensibilité varie d’une personne à l’autre, mais les signes sont généralement :

  • Des troubles du sommeil
  • Des maux de tête
  • Des picotements
  • Des symptômes plus ou moins semblables à d’autres affections

Dès 2005, l’OMS a déclaré que l’électrosensibilité pouvait se démontrer de plusieurs façons, mais ce qui est sûr, c’est que ces symptômes sont réels et plus ou moins graves. L’absence de critères de diagnostic et de base scientifique pour relier les symptômes aux ondes électromagnétiques pose encore des difficultés pour la reconnaissance de ce « handicap ». Dans tous les cas, les hypersensibles pointent du doigt les téléphones sans fil, le Wi-fi et les antennes-relais comme principales sources de leur mal-être.

Une jurisprudence fortement attendue

Même s’il s’agit d’un premier pas vers la reconnaissance de l’hypersensibilité aux ondes comme étant un handicap, Etienne Cendrier, porte-parole de l’association Robin des toits, espère qu’il y aura jurisprudence. Certes, une loi de janvier prévoit un rapport sur cette « maladie » pour début 2016, mais une jurisprudence serait mieux afin d’aider tous ceux qui souffrent du « mal des ondes ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.