impression 3d

Quand l’art et la technologie s’unissent

(Last Updated On: 5 octobre 2015)
Evaluer cet article

L’impression en trois dimensions était auparavant un rêve inaccessible. Mais de nos jours, un individu lambda peut créer des œuvres en 3D grâce aux progrès incessants de la technologie. Les imprimantes 3D sont disponibles aujourd’hui à ceux qui en ont les moyens. Un autre combat est également sur le point de s’achever : celui de pouvoir voir grâce à cette technologie. Plusieurs personnes souffrant d’une vision très diminuée n’ont jamais pu avoir le loisir de contempler les œuvres d’arts présentes dans les musées et autres salles d’exposition. Grâce aux nouvelles technologies et aux imprimantes en trois dimensions, ce problème a désormais sa solution.

Le projet « Toucher pour voir »

Pour les personnes ayant de graves problèmes de vue, le seul recours pour entrer en contact avec le monde extérieur est l’utilisation du toucher. A l’instar du système d’écriture Braille, la meilleure manière de « voir » un objet ou une personne pour quelqu’un atteint d’un tel handicap est clairement de toucher, de tâter et de découvrir grâce aux mains. Toucher les objets est toutefois interdit dans les musées et dans les salles d’exposition.

C’est pourquoi une start-up en provenance de Lille a décidé de permettre aux personnes atteintes de cécité légère ou avancée de pouvoir enfin « toucher » ces œuvres d’arts. Chris Delepierre, co-fondateur de cette fameuse start-up nommée « Tri–D », ou « Troisième révolution des idées », est à l’origine du projet « Toucher pour voir ». Delepierre s’équipe d’une imprimante Ultimaker 2.

Son idée est de faire de l’art un domaine à « portée de main ». Il est ici question d’offrir une nouvelle réalité culturelle et historique à ceux qui n’ont jamais pu contempler par eux-mêmes les œuvres d’art, les sites et autres patrimoines culturels. A titre d’exemple : la célèbre statue du « Penseur » sera désormais accessible aux aveugles grâce à une réplique en miniature qu’ils pourront tenir entre leurs mains. Ainsi, la barrière infranchissable entre la vue et le toucher sera un lointain souvenir.

Un projet durable et innovant

L’impression tridimensionnelle connait actuellement un épanouissement sans précédent. Plusieurs entreprises sont intéressées par les travaux effectués par Chris Delepierre et son collègue Thomas Delbergue. Tri-D étant une agence de design en 3D, elle a pour tâche de créer des plans en 3D, des maquettes et d’autres affiches publicitaires tridimensionnelles pour que les personnes aveugles puissent être satisfaites des prestations d’autres sociétés clientes. En outre, des musées sont également enthousiasmés par l’innovation 3D.

Charmé par une réplique miniature en 3D de la « Vénus de Milo », un musée d’art moderne situé à Villeneuve sur Ascq sollicite désormais les services de la start-up. Tri-D a sans aucun doute un grand avenir devant elle. Non seulement l’impression en trois dimension est bénéfique pour les personnes ayant un handicap visuel, mais il permet également la création de prothèses pour les personnes ayant des handicaps moteurs. Bon nombre de personnes ayant un membre amputé seraient ravies des services rendus par cette technologie de pointe.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.