Surdité : l’implant cochléaire au cœur d’un débat

Surdité (Last Updated On: 20 août 2015)
Surdité : l’implant cochléaire au cœur d’un débat
Evaluer cet article

Lorsqu’on est sourd, entendre est un rêve, mais quand le rêve peut enfin devenir réalité, ils sont encore nombreux à hésiter pour ce changement. Le nouveau diplôme universitaire (DU) « Le handicap dans l’accès au droit » a ouvert un débat à ce sujet.

 

« Ces sourds qui ne veulent pas entendre »

C’est le titre donné au film qui explique pourquoi de nombreux sourds veulent le rester même s’ils ont une opportunité de ne plus souffrir de ce handicap. Ce film a une durée de 52 minutes et dans le cadre d’une soirée débat organisée par le nouveau DU le 15 juin dernier, l’Université catholique de Lyon a tenu à le diffuser. Dans ce film documentaire, on retrouve une comparaison entre les sourds et le peuple des Yamanas. Une comparaison qui a marqué les esprits puisqu’elle met en exergue le fait que le changement apporté par les colons a engendré l’extinction de ce peuple au cours du 18ème siècle. Si certains sourds ne veulent pas entendre, c’est donc par peur de voir leur culture disparaître puisque la surdité est pour nombre d’entre eux, une culture et non pas un handicap. Toutefois, tous les sourds ne sont pas de cet avis …

La majorité de la communauté des sourds veut entendre

Durant cette soirée-débat, on a pu remarquer que l’audience était partagée en deux. D’un côté, il y a ces sourds qui revendiquent leur surdité comme une culture et de l’autre côté, il y a ceux qui considèrent la surdité comme un handicap et souhaitent donc entendre. Le débat a toutefois démontré que les sourds avec un « S » étaient moins nombreux que ceux qui veulent un changement.

 

L’implant cochléaire : la fin de la surdité ?

Grâce à la technologie, ne plus être sourd et ce, que la surdité soit de naissance ou non, est possible en portant un implant cochléaire. Son acquisition et tout le suivi médical qui s’ensuit sont entièrement pris en charge par la sécurité sociale donc il n’est pas surprenant que la majorité des sourds veuille tenter sa chance. C’est donc un grand changement dans la vie de la personne sourde et quand cette personne est mineure, les parents ne sont pas toujours d’accord sur le meilleur choix pour leur enfant. Comme toujours, il y a une partie qui veut un enfant normal et lui donner toutes les chances de mieux intégrer la société, mais il y a aussi une autre partie qui craint de bousculer l’identité de la personne handicapée. Questionné sur cette divergence d’opinion entre parents, Gérard Gaucher, vice-président du tribunal de grande instance de Lyon reste tout aussi perplexe.

 

Réponse de Gérard Gaucher

Si la question sur la pose de l’implant cochléaire est aujourd’hui traitée dans le cadre judiciaire c’est parce qu’il ne s’agit pas seulement d’une question médicale, mais aussi d’éthique. Le respect de la personne sourde est en jeu et comme Gérard Gaucher le confirme, il faut avant tout s’intéresser au bien-être de la personne. Dans le cas où les deux parents sont en conflit face à ce changement, le tribunal n’a pas encore de réponse précise et définitive pour clore la discussion, même si d’une manière générale, le juge se pencherait surtout sur l’implant étant donné que c’est la réponse la plus logique. Toutefois, logique ou pas, les deux parents seront entendus et le juge devra essayer de les comprendre tous les deux afin de rendre un verdict qui convienne aux deux et qui surtout soit bénéfique à l’enfant.

 

« Pour » et « Contre » : toutes de bonnes réponses

Le plus dur dans ce débat c’est que le parti « Pour » l’implant et le parti « Contre » ont tous deux raison. Selon Anne-Sarah Kertudo, responsable du DU et animatrice du débat, cette question n’a pas qu’une seule réponse. Il faut donc essayer de comprendre chaque avis puisque la communauté des sourds a sa propre culture et les « réparer » serait détruire leur culture et leur identité. Le philosophe Miguel Benasayag a tenu à souligner que chez les personnes sourdes, la partie « ouïe » du cerveau n’est pas vide, mais au lieu de permettre à la personne d’entendre, elle favorise le développement de ses autres sens. Les sourds ont donc bien un atout que les personnes qui entendent n’ont pas et cela explique pourquoi certains d’entre eux souhaitent rester sourds.

L’implant pour mieux vivre

Même si la surdité est une culture, elle n’est que handicap pour certains malentendants et eux-aussi, il faut les comprendre. Se faire poser cet implant est pour eux une chance de vivre normalement et de ne pas être exclus par la société. Selon les professionnels, plus l’implant est posé tôt, mieux la personne se portera. Ainsi, pour aider ces parents indécis, poser l’implant dès le plus jeune âge de l’enfant l’aidera à mieux intégrer la société. Puis, si un jour il souhaite « retrouver la surdité », il pourra simplement retirer l’appareil quoiqu’une fois l’ouïe retrouvée, il est difficile de s’en défaire …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.