Une plateforme collaborative pour l’accessibilité ?

Emploi des personnes handicapees (Last Updated On: 5 mars 2015)
Une plateforme collaborative pour l’accessibilité ?
Evaluer cet article

Une plateforme collaborative pour l’accessibilité a bel et bien été lancée sur Internet à travers l’outil « I Wheel Share ». Conçu par Audrey Sovignet, cet outil invite le public à partager et à pointer de manière géolocalisée sur une carte collaborative leurs impressions en bien ou en mal concernant un établissement. Pour la conceptrice de cet outil innovant, il s’agit là d’un bon répertoire des lieux accessibles ou non aux personnes handicapées.

Venir en aide aux personnes handicapées

Tel est l’objectif global d’Audrey Sovignet à travers « I Wheel Share ». La jeune femme en a eu l’idée suite à l’accident de la route dont son frère fut victime. Aujourd’hui âgé de 18 ans, le jeune homme est paraplégique et c’est pour lui faciliter la vie que sa grande sœur a créé ce réseau innovant.

En savoir plus sur : http://www.iwheelshare.com/

Une dénomination qui dit tout

Derrière « I wheel share », on retrouve trois sens différents à savoir :

  • « wheelchair » qui signifie fauteuil roulant en anglais
  • « share » qui signifie partager
  • « I will share » qui veut dire je partagerai

Des sens qui se réfèrent tous à l’outil puisqu’il consiste à partager en ligne une expérience vécue. On pourra y raconter des anecdotes, des bons ou des mauvais plans, des expériences ou toute autre chose bonne à savoir.

Imaginez par exemple que, souffrant d’un handicap moteur, vous avez été bloqué dans votre chambre d’hôtel à cause d’un ascenseur en panne. Vous pouvez le partager sur « I Wheel Share » pour que les autres personnes souffrant du même handicap puissent à l’avenir éviter cet établissement. Vous pouvez aussi y raconter une excellente soirée passée dans un établissement totalement accessible pour que les personnes handicapées puissent savoir où elles doivent aller pour s’amuser sans difficulté.

Le but global de l’outil est donc de recenser les lieux accessibles et non accessibles.

accessibilite

Cela ne risque-t-il pas de faire une mauvaise publicité pour les établissements ?

Il faut avouer qu’un mauvais commentaire sur cet outil ne fera pas bonne impression auprès des consommateurs, mais selon Audrey Sovignet, il faut prendre la critique de manière positive. Pour elle, il ne s’agit pas de dénigrer les établissements, mais de les réveiller pour qu’ils réalisent enfin les travaux d’accessibilité tant attendus par les personnes à mobilité réduite et handicapées.

Il s’agit donc d’une sorte d’encouragement surtout que la jeune femme prévoit d’organiser dans ces établissements hors normes, des évènements anti-boycott. Pour ce faire, elle sera soutenue par Carrotmob. En ce qui concerne les évènements à organiser, cela dépendra de la nature de l’établissement. Il pourrait alors s’agir de concerts, de jeux, …

Les recettes recueillies seront par la suite investies dans l’achat d’un menu en braille, d’une rampe d’accès ou d’un autre équipement d’accessibilité pour le compte de l’établissement concerné. Cela lui fera donc de la bonne publicité sur la carte, une dépense en moins en termes de mise en accessibilité et un point de départ pour la suite des travaux. La mauvaise critique ne sera plus alors qu’un mauvais souvenir.

Un plan tout tracé

Audrey Sovignet a mis en place un kit spécifique pour faire connaître l’outil et atteindre ses objectifs. Ce kit consiste à :

  • Recueillir des données sur le terrain grâce au public
  • Aider les ERP à se mettre en accessibilité puisque les pouvoirs publics semblent s’éterniser là-dessus

Pour la jeune femme, I Wheel Share est un réseau social d’entraide et un lanceur d’alerte citoyen. En d’autres termes, l’outil vise à éveiller les consciences et à trouver des solutions à l’inaccessibilité ou aux petits soucis quotidiens auxquels les personnes handicapées sont confrontés.

Voir la page facebook : http://www.carrotmob.org/

Voir la page twitter : https://twitter.com/iwheelshare

Bientôt une boutique en ligne

Alors oui, I Wheel Share est un outil d’entraide gratuit, mais pour que le projet soit viable économiquement, Audrey Sovignet projette d’ouvrir un volet commercial. Ce volet proposera des articles de mode, de sport, de voyage, d’arts et même des gadgets sexuels,. Si la plateforme I Wheel Share est prévue pour février-mars 2015, la boutique en ligne, elle, est en cours de développement. Audrey Sovignet tient d’ailleurs à prendre son temps pour être sûre que les produits qu’elle choisit correspondent à l’esprit « webaccessibilité ».

Active et ambitieuse

S’il faut chercher des qualificatifs pour représenter Audrey Sovignet, c’est bien « active et ambitieuse ». Son ambition lui a permis de créer la plateforme, de remporter un concours Prestashop et de développer un commerce électronique. Son côté actif, quant à lui, lui a permis d’être bien visible et fortement présente sur les réseaux sociaux et de remporter le prix Biilink grâce auquel elle a gagné un chèque de 25 000 euros et noué de nombreux contacts pour la soutenir dans ce projet.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.